LA CULTURE DU MAGHREB
<b>Bonjour cher visiteur !

Regarder c'est bien, partager c'est encore mieux !!
Alors n'hésitez pas à venir vous inscrire et dialoguer avec nous.</b>

LA CULTURE DU MAGHREB

Partageons notre amour pour la culture maghrebine
 
PortailAccueilS'enregistrerConnexion
Vous venez de vous inscrire, vous devez vous présenter dans la section  PRESENTATION.  Un administrateur vous ouvrira les portes au plus vite dès lors.

Partagez | 
 

 FABRICATION ET QUALITE DES TAPIS D ORIENT

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
marzou
ADMIN
avatar

Féminin
Nombre de messages : 6960
Age : 52
Localisation : Nice
Date d'inscription : 28/01/2007

MessageSujet: FABRICATION ET QUALITE DES TAPIS D ORIENT   Mar 19 Fév 2008 - 16:27

La fabrication et la qualité des tapis
Comment choisir un tapis ?


Devant la beauté des tapis, devant la multitude des qualités, les couleurs, des tailles, des appellations d'origine, des types de fabrication, nous sommes souvent perdus, et n'osons faire un choix de peur de nous tromper, de nous faire anarquer ou tout simplement de ne pas payer le juste prix.

Cet article n'a pour but que de nous initier dans le monde des tapis d'Orient.



LA FABRICATION
Le process de fabrication d’un tapis
La tonte Le lavage Le tri
Le nettoyage Le peignage Le cardage
Le filage L'ourdissage La teinture
Le tissage Le transport Le souk


http://www.kairouan.org/fr/culture/tapiskairouan/procedure.htm#

Il existe deux techniques pour réaliser des tapis :

  1. La technique du point noué (plus épais, plus lourds, ils ont une meilleuretenue au sol)
  2. La technique du point tissé ( plus légers offrent par contre à un degré de serrage identique une meilleure définition graphique de leurs motifs)
Dans le premier cas on fait du velours, dans le second on fabrique une étoffe qui donne en final un rendu plus sec et plus plat.
En Orient et en Tunisie, on appelle les tapis à points tissés des Mergoums et Klims. Au plan de la production brute, les tapis à points noués devancent de loin les Mergoums et Klims.

Autre différence : avec les Mergoums et Klims, on joue sur les couleurs plus que sur les motifs qui sont toujours géométriques. Par contre les tapis à points noués offrent plus de richesse dans leur dessins.

Les tapis à point noués et les Mergoums et Klims sont aussi solides et aussi
résistants l’un que l’autre.


LES MATIERES EMPLOYEES ET LEUR QUALITE

Les matières utilisées pour faire des tapis sont principalement la laine et le coton et dans une moindre part la soie. L’emploi de l’un ou l’autre diffère selon la partie du tapis en question (velours, trame ou chaîne). L’emploi de la laine ou du coton pour réaliser les fils de trame et/ou de chaîne s’est fait en fonction de facteurs historiques, géographiques et économiques.

Sans toutefois généraliser, on constate que les nomades et les habitants des régions les plus isolées utilisent leur laine produite localement alors que dans les villes et les régions faciles d’accès les artisans emploient du coton. L’utilisation de la laine dans la chaîne et la trame des tapis leur donne plus de souplesse et plus de solidité que le coton car l’ensemble laine sur laine est plus homogène. Le coton permet de réaliser un serrage plus fin.

Par contre les tapis sont moins résistants à l’humidité ambiante (cela joue quand on raisonne sur une durée de vie de plusieurs dizaines d’années durant lesquelles la chaîne de coton d’un tapis va lentement se dégrader pour peu que le tapis soit dans une atmosphère humide due à des raisons climatiques, en bord de mer ou encore dans une résidence secondaire qui n’est pas habitée toute l’année.)

L’autre défaut (tout relatif) du coton est qu’à la longue, il coupe et cisaille les nœuds qui eux sont en laine. La soie elle, est solide et résistante, autant sinon plus que la laine. Cependant du fait que les tapis en soie sont beaucoup plus fins que ceux en laine, les dégradations qu’ils pourraient subir, seront plus visibles et plus apparentes que sur les autres tapis.

LES DIFFERENTS STYLES DE TAPIS

On peut distinguer les tapis à motifs géométriques et les tapis à motifs floraux.
Une autre manière de classer les tapis, qui n’est pas contradictoire avec la précédente, est de distinguer les tapis d’Atelier qui sont destinés à la vente et les tapis dits Nomades ou de Tribus ou encore tapis de Villages qui sont eux réalisés en général en milieu rural souvent en famille pour leur propre usage.

COMMENT CHOISIR UN TAPIS ?

1-La taille :
Le préalable à tout achat est de déterminer les dimensions de votre futur tapis. Il faut en effet avoir du recul pour appréhender et apprécier le tapis dans son ensemble, ce qui est impossible si celui-ci est surdimensionné par rapport à la taille de la pièce. En général la surface du tapis ne doit pas excéder 25 à 30% de la surface de la pièce à laquelle il est destiné. On doit laisser tout autour du tapis un espace libre (moquette, parquet ou dallage) pour le mettre en valeur. Cet espace va servir d’encadrement au tapis tout comme le cadre d’un tableau ou d’une gravure sert à mettre en valeur la composition de l’artiste.

2-Les motifs :
Motifs géométriques ou motifs floraux ? à vous de choisir en fonction de votre goût et du style de votre intérieur. Cependant, les décorateurs s’accordent pour dire que les motifs géométriques ou répétitifs sont plus faciles à placer et se marient mieux avec les ambiances des intérieurs occidentaux. Les motifs floraux avec médaillon central ont souvent plus de présence sont plus voyants. Donc attention au choix. Le flamboyant tapis, si séduisant dans la boutique peut se transformer au bout de quelque temps en un invité quelque peu encombrant dont on ne sait plus que faire.

3-les couleurs :

Le choix des couleurs est plus simple que celui posé par les motifs. Nous avons tous des préférences personnelles pour telle ou telle couleur. Aussi, une fois n’est pas coutume, le mieux est de vous laisser aller : suivez votre
intuition et tout simplement choisissez le tapis qui vous plaira le plus. Avec un correctif, cependant : pensez à l’esprit de la pièce à laquelle le tapis est destiné.

LES COULEURS (CHIMIQUES ET NATURELLES)

Jusqu’à la fin du XIX° siècle les teintures employées pour tisser les tapis étaient à base d’ingrédients naturels. La teinture jaune se fait avec de la gaude, la rouge et la violette avec du bois de campêche; la bleue avec de l'indigo, et le noir avec une décoction d'écorces de grenade dans laquelle on jette de la couperose ".

Dans les années 1860 l’invention de colorants de synthèse par l’industrie chimique va bouleverser l’artisanat et le tapis en particulier. Ces nouveaux produits sont pour la plupart dérivés du goudron de houille notamment l’aniline. En 1870 ces teintures chimiques sont très bon marché, faciles à utiliser. Elles se répandent dans tout l’orient. Avant l’arrivée de ces colorants chimiques les artisans teinturiers utilisaient divers colorants d’origine végétale ou animale. Pour teindre les laines, les poudres de racines étaient mélangées avec de l’eau qu’on portait à ébullition. L’intensité de la teinte était obtenue en fonction du degré de concentration du colorant dans la solution. Il existe quelques rares manufactures en Iran, en Turquie et en Tunisie qui utilisent encore des teintures naturelles.

LES CRITERES D’APPRECIATION D’UN TAPIS

Voici par ordre d’importance relatif, des critères simples à appréhender pour apprécier la valeur d’un tapis :

  • Le pays d’origine (Iran, Turquie, Tunisie en tête)
  • L’appellation dans le pays d’origine.
  • L’état de conservation.
  • Les dimensions
  • Les critères esthétiques propres au tapis.
  • La qualité des matières employées (laine, coton, soie)
  • la finesse ou le serrage (nombre de nœuds au m2).
  • L’age du tapis.
  • L’emploi ou non de couleurs naturelles
  • La régularité du travail.
  • Le format du tapis (proche du carré, normal ou allongé)
  • L’estampillage de contrôle qualité

ENTRETIEN

Conserver un tapis en bon état et sur une longue durée est une chose relativement simple si l’on respecte les principes suivants :C’est la saleté qui provoque l’usure des tapis beaucoup plus que les contraintes liées au passage intensif. Les dégâts dus à la saleté sont de deux ordres :


  1. la poussière et le sable ( qui existe en infime quantité même en ville)descendant peu à peu jusqu’à la racine des nœuds du apis. Il se produit alors un effet de meule quand on marche sur le tapis et la laine s’useprématurément.
  2. toutes les infimes particules plus ou moins grasses que nous véhiculons sous nos souliers finissent par recouvrir le velours du tapis. Celui-ci perd sa souplesse et devient cartonneux. C’est là où l’usure l’accélère fortement. Il convient donc de nettoyer régulièrement les tapis :


  • au moins une fois par semaine (passer l’aspirateur doucement pour extraire la poussière)
  • une fois par an retourner le tapis pendant 2 ou 3 jours et le laisser à l’envers à son emplacement habituel pour faire tomber les poussières et le sable qui résistent à l’aspirateur.
  • tous les 3 à 5 ans en fonction de l’emplacement du tapis, le donner à un professionnel de confiance spécialisé en tapis et lui demander de faire un lavage traditionnel.

Le lavage traditionnel pratiqué par les bons professionnels nécessite des installations spéciales et se fait en 3 étapes :

  1. on refixe les couleurs avec différents produits pour qu’elles ne se mélangent pas irrémédiablement au cours du lavage car la laine est un matériau qui seteinte difficilement (contrairement au coton) et qui par conséquent déteintfacilement.
  2. on passe ensuite au lavage proprement dit. Le tapis est abondamment mouillé frotté avec du savon doux. Cette opération permet de laver le tapis en profondeur et ans toute sa structure, non seulement le velours mais aussi la trame et la chaîne.
  3. un rinçage soigneux permet d’éliminer les deniers résidus. Il importe ensuite de sécher rapidement le tapis dans un séchoir à plat. Un séchage trop lent risque de détériorer la chaîne et la trame qui sont souvent en coton

LABEL QUALITE

Un système de label qualité a été mis en place par la plupart des Etats producteurs de tapis d'origine. Une étiquette plombée à l'envers du tapis porte des indications sur la qualité, la texture, les mensurations, la maquette, la gamme et la date de fabrication du tapis.

L'estampillage des tapis et tissages prend en considération, outre la qualité des matières premières utilisées, les aspects artistique et physique ainsi que les spécifications techniques du produit fini.

Le refus ou le rejet à l'estampillage de la production sont donc justifiés par le non respect et la non conformité aux normes convenues.
Les ouvrages sont déclarés non conformes aux critères d'estampillage :

  1. s'ils ne respectent pas les spécifications propres à chaque type de texture
  2. s'ils présentent un des défauts suivants :


  • le dégorgement du colorant
  • le changement de ton très visible dans le fond ou le décor
  • l'irrégularité très remarquée de la coupe et des lisières
  • le gondolage apparent sur la totalité de l'ouvrage
  • déchirure ou perforation de l'ouvrage



Mes sources :


  1. Les Cahiers du centenaire de l’Algérie – Livret XI « La France et les œuvres indigènes en Algérie » exposé sous la direction de M. Jean MIRANTE, Directeur des Affaires Indigènes de l'Algérie.
  2. BAZARBOUDHINA.COM : « La tapis tunisien, une tradition, un savoir faire, un ornement »
  3. KAIROUAN.ORG « Le process de fabrication »
  4. Le portail de l’Artisanat tunisien : « Tapis et tissage »
  5. RAKEN.COM : « Tapis et tapisseries tunisiennes »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Leela
****
****
avatar

Féminin
Nombre de messages : 494
Age : 66
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 10/10/2007

MessageSujet: Re: FABRICATION ET QUALITE DES TAPIS D ORIENT   Mar 19 Fév 2008 - 16:45

super intéressant, mille mercis !

C'est un domaine passionnant...
Revenir en haut Aller en bas
 

FABRICATION ET QUALITE DES TAPIS D ORIENT

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quelques photos de Fabrication De Montres Normandes
» Fabrication maison : un présentoir à matériel roulant
» fabrication d'une capsule
» Nouveaut tapis de bataille Citadel
» Fabrication C5...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA CULTURE DU MAGHREB :: CULTURES & TRADITIONS :: LA VIE CULTURELLE-