LA CULTURE DU MAGHREB
<b>Bonjour cher visiteur !

Regarder c'est bien, partager c'est encore mieux !!
Alors n'hésitez pas à venir vous inscrire et dialoguer avec nous.</b>

LA CULTURE DU MAGHREB

Partageons notre amour pour la culture maghrebine
 
PortailAccueilS'enregistrerConnexion
Vous venez de vous inscrire, vous devez vous présenter dans la section  PRESENTATION.  Un administrateur vous ouvrira les portes au plus vite dès lors.

Partagez | 
 

 TUNISIE : 4e exportateur mondial d'huile d'olive

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
marzou
ADMIN
avatar

Féminin
Nombre de messages : 6960
Age : 52
Localisation : Nice
Date d'inscription : 28/01/2007

MessageSujet: TUNISIE : 4e exportateur mondial d'huile d'olive   Sam 24 Mai 2008 - 19:06

La Tunisie 4ème exportateur mondial d’huile d’olive

S’il est un produit que la Tunisie n’a pas besoin d’importer, c’est l’huile d’olive. Ce pays est le 4ème producteur mondial dans cette filière, donc largement autosuffisant. Retour sur le processus de production de cet élément de base de la cuisine méditerranéenne.


Les origines de l'huile d'olive tunisienne :

L’histoire de l’huile d’olive se confond avec celle de la Tunisie. En effet, de nombreuses civilisations méditerranéennes se relayèrent à travers l’histoire pour propager la culture de l’olivier : phénicienne, grecque, carthaginoise, romaine et arabe.

La culture de l’olivier en Tunisie date du VIIIe siècle av. J.-C, avant même la fondation de Carthage par la reine Didon. Les Phéniciens étaient les pionniers de la culture de l’olivier en Afrique du nord.

A l’époque des Carthaginois, une véritable culture de l’olivier avait commencé à se répandre suite aux avantages accordés aux paysans qui créaient des olivettes.

Les Romains développèrent davantage la culture de l’olivier en intensifiant l’irrigation sur cette terre à la pluie peu abondante, la technique de l’extraction de l’huile comme en témoignent les fouilles à Sbeitla et El Jem ainsi que les nombreuses mosaïques romaines découvertes à Sousse.







Les Arabes d’Andalousie s’installèrent en Tunisie profitant des facilités offertes à l’époque pour acquérir des fermes et cultiver l’olivier.

Depuis les Phéniciens et à travers toutes les civilisations qui ont marqué l’histoire de la Tunisie, l’huile d’olive occupait une large place dans l’économie du pays.

Culture de l’Olivier en Tunisie
Solidement ancré dans le passé, le secteur oléicole n’a pas failli à sa vocation socio-économique de premier plan. En effet, il représente environ 40% des exportations agricoles et 5% des exportations totales.


La forêt oléicole couvre actuellement 1.6 million d’hectares soit le tiers des surfaces arables et compte plus de 56 millions d’oliviers répartis à travers tout
le pays, ce qui confère à la Tunisie le deuxième rang après l’Espagne avec près de 19% de la superficie mondiale oléicole.




Variétés des olives

En Tunisie, deux principales variétés d’olives à huile sont cultivées :

- la variété " CHETOUI " au nord

- la variété " CHEMLALI " au centre et au sud

D’autres variétés sont aussi cultivées :
OUESLATI, CHEMCHALI, ZALMATI et ZARAZI.

Production de l’huile d’olive en Tunisie


Avec une moyenne de production annuelle de 170.000 tonnes métriques, la Tunisie est le principal pays producteur d’huile d’olive en dehors de
l’Union Européenne et occupe le 4ème rang à l’échelle mondiale après l’Espagne, l’Italie et la Grèce.


Cette production est couverte par environ 1.430 huileries avec une capacité totale de trituration de 23.000 tonnes par jour.[/b]



Source : Conseil Oléicole International


Source : Office National de L'huile tunisienne





_________________
Revenir en haut Aller en bas
marzou
ADMIN
avatar

Féminin
Nombre de messages : 6960
Age : 52
Localisation : Nice
Date d'inscription : 28/01/2007

MessageSujet: Re: TUNISIE : 4e exportateur mondial d'huile d'olive   Sam 2 Mai 2009 - 18:34

Huile d'olive : cette richesse dont nous ne savons pas grande chose
Eclairages fournis par Docteur Naziha Grati Kamoun, chercheur, chef d'Unité de Technologie et de Qualité à l'Institut de l'Olivier :

Nous avons beau , nous autres Tunisiens, être entourés là où nous allons, par les oliveraies, dans un pays qui compte 65 millions de pieds d'oliviers et qui se classe quatrième en matière de production oléicole, à l'échelle mondiale, nous brillons, à l'exception des experts, par notre ignorance quant aux variétés d'oliviers et à plus forte raison, en ce qui concerne les caractéristiques et les spécificités olfacto-dégustatives de notre or vert.

D'ailleurs, ce n'est pas très étonnant quand on sait, qu'il y a à peine une vingtaine d'années, notre patrimoine oléicole, hormis les variétés dominantes d'oliviers, était méconnu même des experts eux-mêmes. Ce n'est que grâce aux travaux de recherche entrepris au sein de l'Institut de l'Olivier que ces caractéristiques sont identifiées et répertoriées. Ecoutons ce qu'en dit Docteur Naziha Grati Kamoun, chercheur, chef d'Unité de Technologie et de Qualité au sein dudit établissement :


« Jusqu'au début des années 93 /94, on ne disposait pas de données précises sur les variétés d'olive et encore moins sur notre patrimoine oléicole. La dominance de la Chemléli qui couvre les 2/3 de l'oliveraie tunisienne dans les régions de Sfax, du sahel, du Centre et du Sud, ainsi que la prépondérance de la Chétoui, au Nord, ont, en effet, masqué la présence d'autres variétés et types locaux appelés variétés secondaires qui sont restés jusqu'à-lors mal connus et parfois complètement ignorés. C'est ainsi que, conscients de cette problématique, plusieurs chercheurs ont entrepris une étude qui a commencé par des travaux de prospection à travers tout le territoire national qui nous ont révélé la richesse de notre patrimoine en variétés d'oliviers dites secondaires, ( à l'échelle nationale mais qui sont localement principales) dont une trentaine a été identifiée puis caractérisée.

L'identification qui a consisté à connaître les noms, synonymes et nombre des variétés, a été suivie par les travaux de caractérisation étalés sur deux étapes : La caractérisation primaire, centrée sur les caractéristiques morphologiques et agronomiques a été menée par un groupe de chercheurs de l'Unité de Ressources et Amélioration Génétique, tandis que la caractérisation secondaire, axée sur les caractéristiques chimiques et organoleptiques a été l'œuvre de l'Unité, de Technologie et Qualité à l'Institut de l'Olivier.

L'identification de ces variétés à travers leurs caractéristiques pomologiques des fruits ainsi qu'à travers celles relatives à la qualité de l'huile d'olive a confirmé la richesse variétale et la remarquable variabilité génétique de l'oléiculture nationale.


Singularité de l'huile d'olive


Mais avant de passer en revue les caractéristiques de notre or vert, il serait utile de donner un aperçu sur l'huile d'olive en général. Cette huile qui appartient à la famille des lipides est constituée de deux fractions : la fraction saponifiable composée de triglycérides à raison de 98 à 98,5 % et la fraction insaponifiable appelée également composants mineurs de l'ordre de 1 à 1,5%. Cette composition qui fait la singularité de l'huile d'olive par rapport aux huiles végétales provient des deux éléments suivants: d'abord , de son taux élevé en acides gras monosaturés (acides oléiques) dont les effets bénéfiques sur la santé en général et l'appareil cardio-vascualire en particulier sont scientifiquement démontrés du fait qu'ils diminuent le mauvais cholestérol ( LDL ), ensuite de ses composés mineurs lesquels renferment des centaines de composés identifiés jusqu'à présent par la chimie analytique. Il s'agit, entre autres, des anti-oxydants très bénéfiques pour la santé.


Richesse et diversité

En ce qui concerne les huiles d'olive tunisiennes, ce qu'il importe de relever c'est en premier lieu la diversité dans la composition, liée à la variété et en deuxième lieu, c'est que la variété principale tunisienne, en l'occurrence la Chemléli, tout en possédant à un taux relativement élevé en acides gras saturés est en revanche très harmonieuse sur le plan organoleptique grâce à l'intensité similaire de ses attributs sensoriels , à savoir: le fruité, le piquant et l'amer. De plus, elle est riche en tocophérols ( vitamine E ) dotés de vertus anti-âge. De son côté, la deuxième variété principale, c'est-à-dire , la Chétoui se caractérise par une huile amère du fait qu'elle est riche en ployphénols.



Le label tunisien

Pour résumer, disons que nos deux principales variétés sont riches en anti-oxydants et c'est cette caractéristique qui va constituer le label tunisien actuellement en cours d'élaboration, sachant que cette initiative est unique dans le monde. Toutefois, pour produire sous ce label-là, il est absolument nécessaire de respecter toutes les bonnes pratiques en matière de production d'olive comme indiqué dans l'ouvrage : « Guide des bonnes pratiques pour la production d'une huile d'olive de qualité », édité en langue arabe et distribué à toutes les instances concernées par l'Institut de l'Olivier. Ces pratiques, rappelons-le, se rapportent à l'entretien de la terre, au choix de la variété, à la date de la récolte, au transport, au stockage et à la trituration etc.

L'étude de caractérisation a démontré aussi que certaines variétés tunisiennes- secondaires en nombre à l'échelle du pays mais qui sont localement principales- comme la Chemchali, à Gafsa, la Oueslati, à Kairouan, la gerboui, à Séliana, la Zalmati Zarrazi, , à Jerba et Zarzis ainsi que la Toffahi Fakhari à Tataouine ont des taux élevés en acides gras, mono insaturés, tout comme les vaiétés Tounsi et Sayali. Il s'agit là d'une caractéristique très intéressante. Pourquoi ? Parce qu'elle est bénéfique pour la santé, sachant qu'une matière grasse a des effets positifs sur la santé lorsqu'elle contient un taux élevé en acides gras mono insaturés contre des taux modérés, situés entre 7 et 11 %, en acides gras saturés et polyinsaturés.



Valorisation et diffusion


A la lumière des données révélées par l'étude sus-mentionée, on a abouti à deux recommandations principales :

1- Etant donné la diversité et la spécificité des huiles d'olive tunisiennes, il est impératif de les valoriser non seulement en produisant des olives d'appellation d'origine ou de terroir mais également en augmentant le taux d'huile conditionnée, sachant que ce taux est actuellement de 3 à 4 % sachant que 1 % seulement est exporté.

2- Il est nécessaire d'essayer de diffuser les variétés secondaires très intéressantes là où les conditions leur sont favorables dans les nouvelles plantations c'est-à-dire qu'il est recommandé de ne plus planter en monovariétal mais de diversifier les variétés en intégrant les variétés dites secondaires. »

Taieb LAJILI


Source : Le TEmps

_________________
Revenir en haut Aller en bas
marzou
ADMIN
avatar

Féminin
Nombre de messages : 6960
Age : 52
Localisation : Nice
Date d'inscription : 28/01/2007

MessageSujet: Re: TUNISIE : 4e exportateur mondial d'huile d'olive   Sam 2 Mai 2009 - 18:38

Sensations olfacto-gustatives


Les travaux de recherche entrepris au sein de l'Institut de l'Olivier ont permis de déterminer les caractéristiques olfactives et gustatives des huiles de quelques variétés d'oliviers en Tunisie dont voici un aperçu :

Chemlali Sfax : en début de maturation, c'est une huile fruitée, peu amère et peu piquante avec essentiellement des arômes d'amande verte. En pleine maturité, elle devient douce, de goût fruité faible tandis que l'arôme d'amande verte est remplacé par celui d'amande sèche ou de pâte d'amande.

Chétoui : huile fruitée avec des arômes d'amande verte plus intenses que chez la Chemléli Sfax, accompagnés d'un goût amer et piquant perçu avec une intensité forte. L'intensité de l'amertume de cette huile baisse au cours de la maturation des olives mais reste toujours perceptible.

Chemléli Jerba : huile fruitée avec une intensité moyenne à forte, accompagnée d'un goût amer, de saveur légèrement piquante et présentant des arômes de figue, d'amande verte et parfois d'herbe verte.

Zarrazi :
huile fruitée, peu amère, peu piquante et légèrement douce avec notamment des arômes de figue et parfois des arômes de tomate.

Chemchéli : huile qui n'est pas douce, moyennement fruitée, accompagnée d'un goût plus amer que piquant, avec des arômes d'amande ou de tomate.

Ouesléti : huile amère, piquante au début de la maturation avec des arômes d'amande verte, perçus avec une forte intensité. L'amertume et l'attribut piquant diminuent considérablement au cours de la maturation du fruit.

Gerboui : les olives donnent à maturité une huile douce, harmonieuse au goût fruité moyen, légèrement amère, légèrement piquante et présentant des parfums de pommes mures, perçus avec une intensité moyenne.



En général, les huiles tunisiennes sont plus riches en tocophérol par rapport aux huiles étrangères alors que sur le plan des acides gras mono-insaturés elles sont pareilles aux huiles européennes.

T.L


Source : Le Temps

_________________
Revenir en haut Aller en bas
zarzis
***
***
avatar

Féminin
Nombre de messages : 178
Age : 50
Localisation : SUD: suisse / tunisie
Date d'inscription : 09/06/2007

MessageSujet: Re: TUNISIE : 4e exportateur mondial d'huile d'olive   Dim 3 Mai 2009 - 9:09

marzou a écrit:

Sensations olfacto-gustatives




Les travaux de recherche entrepris au sein de l'Institut de l'Olivier ont permis de déterminer les caractéristiques olfactives et gustatives des huiles de quelques variétés d'oliviers en Tunisie dont voici un aperçu :

Chemlali Sfax : en début de maturation, c'est une huile fruitée, peu amère et peu piquante avec essentiellement des arômes d'amande verte. En pleine maturité, elle devient douce, de goût fruité faible tandis que l'arôme d'amande verte est remplacé par celui d'amande sèche ou de pâte d'amande.

Chétoui : huile fruitée avec des arômes d'amande verte plus intenses que chez la Chemléli Sfax, accompagnés d'un goût amer et piquant perçu avec une intensité forte. L'intensité de l'amertume de cette huile baisse au cours de la maturation des olives mais reste toujours perceptible.

Chemléli Jerba : huile fruitée avec une intensité moyenne à forte, accompagnée d'un goût amer, de saveur légèrement piquante et présentant des arômes de figue, d'amande verte et parfois d'herbe verte.

Zarrazi :
huile fruitée, peu amère, peu piquante et légèrement douce avec notamment des arômes de figue et parfois des arômes de tomate.

Chemchéli : huile qui n'est pas douce, moyennement fruitée, accompagnée d'un goût plus amer que piquant, avec des arômes d'amande ou de tomate.

Ouesléti : huile amère, piquante au début de la maturation avec des arômes d'amande verte, perçus avec une forte intensité. L'amertume et l'attribut piquant diminuent considérablement au cours de la maturation du fruit.

Gerboui : les olives donnent à maturité une huile douce, harmonieuse au goût fruité moyen, légèrement amère, légèrement piquante et présentant des parfums de pommes mures, perçus avec une intensité moyenne.



En général, les huiles tunisiennes sont plus riches en tocophérol par rapport aux huiles étrangères alors que sur le plan des acides gras mono-insaturés elles sont pareilles aux huiles européennes.

T.L


Source : Le Temps

merci marzou, c'est très intéressant ce que je viens de lire.


j'aime beaucop cet arbre et ces fruits.
Revenir en haut Aller en bas
zarzis
***
***
avatar

Féminin
Nombre de messages : 178
Age : 50
Localisation : SUD: suisse / tunisie
Date d'inscription : 09/06/2007

MessageSujet: Re: TUNISIE : 4e exportateur mondial d'huile d'olive   Dim 3 Mai 2009 - 15:27

LA CULTURE DE L'OLIVIER EN TUNISIE


De Moureddine à Magda, via Ksour Essaf ou El Amra, les plantations d’oliviers ornent le grand Sahel tunisien de reflets vert argenté, couvrant de 57 millions de pieds plus d’un tiers du territoire.

(En partie extrait de l'article de Gaëlle Gordien sur le site saisonstunisiennes.com / Photos Srj Édition)

La culture de l’olivier en Tunisie date du VIIIe siècle av. J.-C, avant même la fondation de Carthage par la reine Didon. Les Phéniciens étaient les pionniers de la culture de l’olivier en Afrique du nord.

Les Puniques, du temps de la prestigieuse Carthage avaient fait de l’exploitation agricole une véritable science, et c’est avec le traité agronomique de Magon que la culture de l’olivier fut considérablement mise en valeur.

Ainsi en témoignent les nombreuses ruines d’huileries antiques comme celles des ruines de Sbeitla (l’ancienne Sufetula) ou comme certaines huileries anciennes des différentes régions tunisiennes.


Les broyeurs étaient alors actionnés grâce à la traction d’un bœuf ou d’un dromadaire; les fruits concassés tassés dans des scourtins en alfa puis empilés sur le pressoir à huile, et c’est à la seule force des bras que les hommes s’acharnaient à extirper enfin cet or liquide.

Armée des innovations technologiques de son siècle, la Tunisie produit aujourd’hui plus de 180.000 tonnes d’huile d’olive par an, réparties entre les 1520 huileries (avec une capacité totale de trituration de 23.000 tonnes par jour) du pays sur plus de 1.6 million d'hectares ce qui confère à la Tunisie le deuxième rang après l’Espagne avec près de 19% de la superficie mondiale oléicole et le le 4ème rang à l’échelle mondiale après l’Espagne, l’Italie et la Grèce en terme de production d'huile d'olive.

L’époque de la cueillette des olives, les mois d’hiver, entraîne une forte migration de la population vers le littoral depuis les régions plus pauvres du centre du pays.

L’oléiculture, bien que saisonnière, permet une mobilisation intensive et parfois salvatrice des travailleurs, notamment des femmes,qui peuvent ainsi alterner avec leur activité principale, le tissage. Une personne sur sept vit en totalité ou en partie de l'huile d'olive en Tunisie.

En Tunisie, deux principales variétés d’olives à huile cultivées sont :
- la variété " CHETOUI " au Nord et la variété " CHEMLALI " au centre et au sud
On trouve également des variétés comme l'OUESLATI, la CHEMCHALI, la ZALMATI ou la ZARAZI.

Pour les olives de table l'assortiment variétal est non moins important ou on cite notamment :
la MESKI, BESBESSI, BIDH HAMEM, LIMI …


Peut-être pour sauver leur mémoire, parce que l’olivier est arbre sacré cité dans le Coran, ou bien encore parce que l’huile d’olive détient de miraculeuses vertus que nul ne peut plus ignorer.

La Tunisie fête l’olivier, le troisième dimanche de novembre.

Ce sera peut-être l’occasion de découvrir d’anciens sites oléicoles, d’assister à des concours de cueillette et déguster les différentes variétés d’olives de la région, pour renouer un instant avec une histoire aux traditions paysannes intemporelles.

Si vous découvrez l’un de ces arbres à l’écorce ridée, fissurée, froissée, égaré au bord d’une autoroute ou à l’ombre de l’un de ces palaces aux cinq étoiles, pensez à ce couple de vieillards sans
âge qui viendra cet hiver étendre une large toile à ses pieds; puis, avec les gestes assurés de ceux qui se transmettent le savoir de générations en générations, l’un peignera méthodiquement chaque rameau pour en faire tomber les fruits, l’autre, courbé sur les replis de sa robe, scrutant la terre d’un œil exercé, à la recherche de ces perles précieuses.

S’il ne restait qu’un seul arbre pour nous conter l’histoire du monde, ce serait l’olivier, ses branches épaisses aussi noueuses que les mains d’un vieux sage, gardien séculaire d’une conscience aussi vieille que sa terre, l’arbre aux mille vertus, l’arbre aux mille reflets.



source: www.olivierdeprovence.com
Exemple d'une initiative
prise en Tunisie dans le cadre de
La fête de l'olivier
.




Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: TUNISIE : 4e exportateur mondial d'huile d'olive   

Revenir en haut Aller en bas
 

TUNISIE : 4e exportateur mondial d'huile d'olive

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'huile d'olive
» Préparation à l'huile d'olive
» Me souviens plus : sauce basilic ail huile d'olive
» Aubergines à l'ail et huile d'olive
» l'huile d'olive de Perry ou ceci expliquant celà..

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA CULTURE DU MAGHREB :: CULTURES & TRADITIONS :: LA VIE CULTURELLE-