LA CULTURE DU MAGHREB
<b>Bonjour cher visiteur !

Regarder c'est bien, partager c'est encore mieux !!
Alors n'hésitez pas à venir vous inscrire et dialoguer avec nous.</b>

LA CULTURE DU MAGHREB

Partageons notre amour pour la culture maghrebine
 
PortailAccueilS'enregistrerConnexion
Vous venez de vous inscrire, vous devez vous présenter dans la section  PRESENTATION.  Un administrateur vous ouvrira les portes au plus vite dès lors.

Partagez | 
 

 le père de la Nation Algérienne: Abdel-Kader Ben Muhiedine I

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
fatiha34
MODOMAG
MODOMAG
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1940
Age : 44
Localisation : Marsillargues - Hérault (34)
Date d'inscription : 01/02/2007

MessageSujet: le père de la Nation Algérienne: Abdel-Kader Ben Muhiedine I   Mer 20 Mai 2009 - 21:00

Abd el-Kader ben Muhieddine ou Abd el-Kader el-Djazaïri (arabe : عبد القادر الجزائري) — né le 6 mai ou le 6 septembre 1808 près de MascaraMascara[/url] Algérie, décédé le 26 mai 1883 à Damas, Syrie — est un homme politique, chef militaire et sultan des Arabes qui résista longtemps à l'armée coloniale française lors de sa conquête de l'Algérie et fut également écrivain, poète, philosophe et théologien soufi.
L'émir est le troisième fils de Sidi Muhieddine, cheikh de l'ordre soufi Qadiri, et de Zohra une femme cultivée, fille du cheikh Sidi Boudouma, chef d'une zaouïa assez influente de l'époque située à Hammam Bouhadjar (Ouest algérien). Il est né probablement le 6 mai ou le 6 septembre 1808 à El-Guetna (« les Tentes »), dans la région de MascaraMascara[/url]Mascara[/url], sur la route d'Oran.
Selon les historiens français, l'émir Abd el-Kader fait remonter ses origines d'une part à la tribu berbère des Banou Ifren[1],[2] (Zénètes). D'autre part, l'émir serait un des descendants du prophète Mahomet[3].
Enfant précoce, il pouvait lire et écrire dés l'âge de 5 ans, était autorisé à commenter le Coran et les traditions prophétiques à 12 ans, et deux ans plus tard, porta le titre de "Hafîz, destiné à ceux qui savent le Coran, dans son entièreté, par cœur.[4] Son éducation religieuse soufiste, passe, dès huit ans, par le pèlerinage avec son père à la Mecque (le Hajj) puis se poursuivit chez Ahmed Bilhar, son oncle paternel, par l'étude du Coran, les principes des sciences physiques et morales, de la géométrie et de l'astronomie, la gymnastique, l'exercice du cheval et le maniement des armes. Enfin, Muhieddine envoya son fils dix-huit mois à Oran, chez Sidi Ahmed ben-Kodja, qui lui enseigna la politique.
Place de l'Émir-Abd-el-Kader (Alger)
En 1820 lors d'un second voyage à la Mecque et Médine, avec des pèlerins et son père Muhieddine, sur le Castor, brick de commerce du capitaine français Jovas, il passa par Alexandrie. Pendant son séjour en Égypte, Abd el-Kader fut frappé des changements que Méhémet Ali
C'était un coup terrible à l'empire des deys et à la domination ottomane. Mahieddine, le vieux marabout, se mit alors à prêcher la « guerre sainte ». L'objectif était autant l'élimination des Ottomans que la reprise d'Oran. Des milliers de musulmans accoururent et se rangèrent sous ses ordres ; le gouverneur d'Oran, Hassan, en fuite, demanda asile à celui dont il avait mis la tête à prix. Le marabout allait lui offrir l'hospitalité et ses services, mais Abd el-Kader s'y opposa énergiquement: le beybey[/url] d'Oran dut se rendre quelques jours plus tard aux troupes françaises. Mahieddine, choisi comme chef de l'insurrection, marcha avec ses troupes d'abord contre la garnison turque de MascaraMascara[/url], qu'il massacra sans pitié ; puis il combattit courageusement les Français sous les murs d'Oran avec son fils Abd el-Kader qui s'y attira la réputation de baraka - il aurait été à l'abri des balles et des boulets et aurait eu deux chevaux tués sous lui. Son burnous blanc "rougi du sang des siens", fut conservé comme une relique.
La prise d'Alger et d'Oran par les Français signifiait d'abord la fin de la domination ottomane. Les tribus musulmanes locales semblaient donc avoir recouvré leur liberté, mais elles étaient sans unité : Mahieddine, tout influent qu'il était, n'était pas souverain et quelques tribus ne lui obéissaient pas. Mais les populations musulmanes s'inquiétaient de l'extention de la conquête française. La soumission d'Ibrahim, bey de Mostaganem, accéléra le processus d'unification des tribus locales: une assemblée générale des chefs se réunit pour procéder à l'élection d'un sultan le 21 novembre 1832 dans la plaine de Ghris, à Ersebia. Il fut question de nommer Mahieddine, mais il dit que le marabout Sidi El-Arrach était plus digne que lui d'un si grand honneur. Le conseil se retira pour se réunir le lendemain. D'après la légende populaire, Sidi El-Arrach, tout juste arrivé, aurait déclaré en élevant les mains vers le Ciel : « Frères, cette nuit, le célèbre marabout Mahi Abd el-Kader m'est apparu au milieu de sa gloire, et m'a dit : “Sidi El-Arrach, retiens bien ces paroles d'où dépend le salut de notre race. Je ne connais qu'un seul homme qui, par ses vertus, son courage et son intelligence -, sois digne de commander aux Arabes : c'est Abd el-Kader, troisième fils de Mahieddine. Je t'ordonne donc de répéter demain au conseil ce que tu viens d'entendre. Allah et son prophète s'intéressent à la cause de ses enfants et veulent qu'elle triomphe.” ». Et Mahieddine d'ajouter : « J'ai entendu les mêmes paroles que Sidi El-Arrach, et j'ai reçu les mêmes ordres, mais je mourrai dans l'année qui suivra l'avènement de mon fils. Telle est la prophétie de mon aïeul. »


À partir de 1832, le titre de sultan fut donc accordé à Abd el-Kader: les chefs s'inclinèrent et lui présentèrent le burnous violet. Le nouveau sultan se mit à son tour à prêcher la guerre sainte. Après que l'affaire de la Macta eut consolidé sa puissance, il songea à se créer une force militaire permanente. Voyant l'armée française composée en grande partie d'infanterie, il se forma un corps de cavalerie qui put attaquer, poursuivre ou éviter un combat inégal. Ce premier corps ne comptait d'abord que 400 hommes. Pour entretenir des bataillons réguliers, il leva des taxes sur les marchandises et des impôts ; puis il fit bâtir des magasins de vivres, d'armes et de munitions. Les premiers coups de main contre les Français dans l'ouest de l'Algérie, l'opposèrent au général Louis Alexis Desmichels, gouverneur de la province d'Oran, indépendant du général en chef. En mai 1833, les français remportèrent plusieurs victoires sur Abd el-Kader, et Desmichel s'empara de Mostaganem. L'émir, indigné de voir les Musulmans venir approvisionner les marchés français, fit enlever le chef d'Arzew qui venait de se soumettre, et le conduisit à Mascara où il fut condamné à mort. Au mois d'octobre de la même année ses troupes attaquèrent l'escorte de la commission d'Afrique, forte de 1 800 hommes, mais fut battu près d'Aïn-el-Bidha.
Abd el-Kader, à la mort de son père (1833), se retira quelque temps à Mascara, revint à la tête de ses troupes. Il fit bloquer la ville d'Oran par la tribu des Rharaba et couper toute communication avec Mostaganem par la tribu des Hachem. La tactique réussit, les arrivages cessèrent sur les marchés français. Les tribus soumises cherchèrent à se détacher des Français. Abd el-Kader, profitant de l'état des esprits, tendit un piège aux Français: quatre furent faits prisonniers et un cinquième tué. Le général Desmichels lui écrivit pour réclamer les soldats. Abd el-Kader refusa terminant sa réponse par un défi. Le général Desmichels, après le combat, fit renvoyer les femmes et les enfants des douars tombés aux mains des français.
fin de la premiere partie

sources: www.wikipedia.fr


Revenir en haut Aller en bas
http://madz.vpweb.fr/
 

le père de la Nation Algérienne: Abdel-Kader Ben Muhiedine I

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Fédération algérienne de philatélie
» la villa algérienne de la presqu'ile du cap ferret
» Les pièces de monnaie algérienne de contrefaçon
» AYCH(petits plombs) AUX LENTILLES A L’ALGÉRIENNE
» [H.P]: Journée de la Diplomatie Algérienne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA CULTURE DU MAGHREB :: CULTURES & TRADITIONS :: UNE PAGE DE L'HISTOIRE-