LA CULTURE DU MAGHREB
<b>Bonjour cher visiteur !

Regarder c'est bien, partager c'est encore mieux !!
Alors n'hésitez pas à venir vous inscrire et dialoguer avec nous.</b>

LA CULTURE DU MAGHREB

Partageons notre amour pour la culture maghrebine
 
PortailAccueilS'enregistrerConnexion
Vous venez de vous inscrire, vous devez vous présenter dans la section  PRESENTATION.  Un administrateur vous ouvrira les portes au plus vite dès lors.

Partagez | 
 

 Journée à Toujene

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
bibi
**
**


Féminin
Nombre de messages : 36
Age : 57
Localisation : Charente France
Date d'inscription : 08/07/2007

MessageSujet: journée à Toujene...   Ven 27 Juil 2007 - 12:30

Il n'y a pas d'eau à Toujene, le village se meurt....

Je suis arrivée la veille.

Dès tôt le matin, je décide d'aller moi aussi à la source chercher de l'eau. Je remplirai la réserve de la douche, elle sera chauffée par le soleil dans la journée...

Petit quart d'heure de marche avec mon bidon.
Les femmes sont là, comme au lavoir anciennement chez nous, elles papotent, se taisent à mon arrivée. J'attends mon tour, il y a au moins 10 personnes.
Je fais vraiment touriste avec ma casquette sur la tête, j'irai mettre un foulard tout à l'heure...Pas une ne parle français, je tente quelques mots d'Arabe, échec.

Chez Béchir un peu plus tard : les filles de la maison -Maïssa, 10 ans et Abir 5 ans - vont chercher l'eau à la source avec l'âne. Je repars avec elles, je monte même sur l'âne (une fois le village passé!)
Un Japonais dans un 4X4 FRAM veut les photographier, Maïssa refuse fermement -mais moi j'ai le droit, je suis son amie...-

A la source, Maîssa, 1 an de français seulement mais déjà beaucoup de conversation, parle avec les femmes, quelques jeunes filles tentent quelques mots de français, moi quelques mots d'Arabe encore. Les femmes rient, l'ambiance s'est détendue.

Nous avons de la chance d'avoir un âne, les femmes portent leur bidon de 20 litres sur le dos, attaché autour du front par un foulard.

Nous rapportons l'eau au reste de la famille, on me présente la grand-mère, les filles, belle-filles, cousines, bébés.
C'est même moi qui porte la dernière née, Fatma, adorable poupée frisée de 10 mois jusque chez elle.
J'ai eu une demi-seconde d'hésitation,je l'avoue :Elle est trempée, car sans couches, un peu "crad"car se balade à 4 pattes toute la journée dans le sable et les crottes des biquettes, et je n'oserai pas demander de l'eau pour me laver, car trop précieuse, mais à la guerre comme à la guerre, je l'emmène !

Je mange avec Leïla, la femme de Béchir, et ses filles. Les hommes ont déjà mangé. Je suis gênée, Leïla a mis de la viande dans son couscous, je lui dis qu'elle n'est pas obligée. Les filles mettent un CD de musique arabe, et toutes fières, me font une démonstration de danse orientale. Abir a même revêtu une "robe" de sa mère, qui m'explique qu'en fait les robes sont constituées de 4 mètres de tissu qui sont savamment repliés et tenus par une ceinture en laine à la taile et deux bijoux aux épaules.

Après la sieste, promenade solitaire dans le village.
Désolation, maisons abandonnées partout. Une scène cocasse : des chèvres ont envahi la cour de l'école, et leurs bergères les relancent pardessus le mur d'enceinte( 2 m de haut) ! Je marche dans les rues en pente derrière une femme qui porte trois énormes sacs de grain sur le dos.

Retour chez Béchir : il m'a proposé de l'accompagner faire paître ses chèvres dans la montagne, suite à une demande d'excursion de ma part. Mais c'est décidé, je vais rester là avec les femmes, ma place y est plus appropriée .Partir seule avec un homme dans la montagne ne serait pas très poli je crois.

Les femmes tissent les tapis dans une pièce à semi-enterrée dans la montagne, au frais, mais dans la pénombre. Il y a 3 métiers à tisser. Je reste fascinée par la dextérité de leur travail, sur l'envers. "Le dessin est dans la tête" m'explique Leîla. On m'offre du thé. Leîla me glisse discrètement : "la grand-mère t'a dit :Bischfeh ". Je réponds promptement : Ichfik ! La grand-mère sourit, elle est contente, je connais les manières....
Les bébés dorment dans un hamac dans la pièce, ou se baladent à 4 pattes, allant quelquefois tirer les fils que la grand-mère enroule consciencieusement sur des pieux à terre, pour faire la trame d'un futur tapis.
Puis, dehors, ensemble, les femmes vont monter les fils sur les structures en bois. "Ce sera le premier tapis de Maîssa; mais les jeunes filles d'aujourd'hui ne veulent plus en faire" me dit Leïla.

Nouveau départ pour la source, avec une copine de Maîssa, aussi blanche de peau qu'une Européenne. Et au village, j'ai aussi vu des petites filles aussi noires que des Africaines....
Cette fois-ci, nous sommes seules, on s'arrose un peu avec le tuyau, pour rire, mais pas trop, l'eau est trop précieuse.

Pour ne pas être en reste, j'ai pris 2 bidons de 10 litres, un dans chaque main. Bonjour les courbatures demain ! La petite cousine , Moneh, 5 ans, porte aussi 2 bouteilles pleines. Elle s'est ébouillantée au bras avec une casserole de sauce de couscous il y a quelques temps. Je n'ai pas osé demander comment la famille avait pu payer l'opération à l'hôpital de Gabès...

Dîner, entre femmes encore. Fatma, la petite poupée, s'est endormie sur les genoux de son papa, dehors.
Il est 22 heures. Maîssa, toute fière, s'installe derrière son premier tapis.Je m'éclipse discrèment.

Des chiens aboient dans la nuit, des ânes braient.
Demain, et après-demain, et encore et encore, les femmes de Toujene iront inlassablement chercher l'eau à la source, et tisseront savamment leurs beaux tapis...
Revenir en haut Aller en bas
fatiha34
MODOMAG
MODOMAG
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1940
Age : 44
Localisation : Marsillargues - Hérault (34)
Date d'inscription : 01/02/2007

MessageSujet: salut   Jeu 16 Aoû 2007 - 12:11

le récit que tu as fait était passionant...c'est vrai que la région où se situe toujene parait désolée...j'ai failli y passer avec mon mari cet été, mais on a pas eu le temps...on a vu que le panneau à l'intersection...il devait rester une vingtaine de kilomètres...
la prochaine fois...
bon voilà pas plus...

à bientôt
Fatiha34
Revenir en haut Aller en bas
http://madz.vpweb.fr/
marzou
ADMIN
avatar

Féminin
Nombre de messages : 6960
Age : 52
Localisation : Nice
Date d'inscription : 28/01/2007

MessageSujet: Re: Journée à Toujene   Sam 1 Sep 2007 - 10:14

Voilà un récit comme j'aime en lire, plein de tendresse et de complicité. Un véritable contact humain.
Je pense que cette expérience de la vie avec les femmes de Toujane a été très important pour toi et qu'à travers cette journée tu as mieux apprécié ces femmes, leur culture, et surtout que tu as du mieux les comprendre.

Un grand merci à toi Bibi.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Journée à Toujene   

Revenir en haut Aller en bas
 

Journée à Toujene

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Journée magique à Disneyland Paris le 14 juillet
» Journée exceptionnelle en région Chartraine
» Journée Mondiale de la poste 09/10/10
» Une journée à Disneyland Paris grâce à Gad Elmaleh !
» J'ai passé une journée de dingue !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA CULTURE DU MAGHREB :: CULTURES & TRADITIONS :: LA VIE CULTURELLE-