LA CULTURE DU MAGHREB
<b>Bonjour cher visiteur !

Regarder c'est bien, partager c'est encore mieux !!
Alors n'hésitez pas à venir vous inscrire et dialoguer avec nous.</b>

LA CULTURE DU MAGHREB

Partageons notre amour pour la culture maghrebine
 
PortailAccueilS'enregistrerConnexion
Vous venez de vous inscrire, vous devez vous présenter dans la section  PRESENTATION.  Un administrateur vous ouvrira les portes au plus vite dès lors.

Partagez | 
 

 Nouveau conte de djam1957 (Zizoui et Zina)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
djam1957
*
*


Masculin
Nombre de messages : 8
Age : 60
Localisation : Alger- Algerie
Date d'inscription : 05/08/2011

MessageSujet: Nouveau conte de djam1957 (Zizoui et Zina)    Mer 14 Déc 2011 - 18:35

Emna a écrit:
bienvenue sur le forum et au plaisir de vous lire

Avec un peu de retard peut être mais toujours avec plaisir!

Comme je viens de finir la première partie d'un nouveau conte, je m'en vais vous l'envoyer, vous serez ainsi mes premiers lecteurs.
seulement j'attends que vous me donniez votre avis.
C'est un conte qui s'adresse au 10 12 ans. C'est un conte pour vulgariser un peu ce monde des abeilles.


Toi l’enfant qui aime écouter des histoires, Toi, l'adulte, qui a conservé ton cœur d'enfant, Approche ! approche-toi plus prés, prends place. L'heure est venue de te raconter de ces contes qu'on ne dit qu'à certains. Ecoute puisque tu es choisi.
Tu as certainement entendu parler de Loundja la maléfique, alors ferme les yeux, ouvre grand les oreilles, l'univers du rêve est prêt à s'ouvrir à toi ! Dieu punisse Loundja , elle a fait beaucoup de mal....Loundja la sorcière avait trois couvertures : L’une déchirée, l’autre mal raccommodée et la troisième ne pouvant plus couvrir personne. Loundja avait trois bourricots, le premier était aveugle le second cassé d’une jambe et le troisième ne pouvant plus rien porter depuis longtemps. Elle avait 03 masures, l’une sans toit, l’autre sans les murs et sans porte, la troisième ne pouvant plus abriter personne.
Un jour comme tant d'autres......Il n’y a pas si longtemps, dans une foret de Kabylie, vivait Zina la jolie petite fille de Da Amar, un vieux paysan apiculteur. ‘Zin Zin ’ pour les intimes était une adorable enfant, blanche avec de grands cheveux bouclés qui lui coulaient en cascade le long de son dos et faisaient comme une couronne de petites boucles autour du visage. Elle avait des yeux malicieux et possédait un sourire agrémenté de fossettes qui lui permettait d'obtenir presque tout ce qu'elle désirait de Da Amar.
Elle vivait avec son grand père de l’élevage d’abeilles et du lopin de terre qu’ils entretenaient. C’est intéressant de passer d’une saison à l’autre et de découvrir plein de choses.
Tomates, concombres, choux-fleurs, salade, chaque saison apportait son lot de fruits, de légumes et de bonheur. Zina était contente d’accompagner grand père au rucher, surtout à la belle saison quand Da Amar récoltait le miel.
Zina avait aussi sa colonie mais celle-ci se trouvait nichée dans le creux d’un vieux frêne noueux, dans la foret toute proche. Elle allait souvent voir ses abeilles quand Da Amar le lui permettait. A chaque fois qu’elle s’y rendait, elle appréciait ces moments à la belle journée, prés de l’entrée de la colonie. Elle restait là, les yeux longuement rivés sur le creux de l’arbre, fascinés par ces abeilles qui inlassablement vont et viennent, les unes revenant les pattes pleines de pollen rouge, jaune, oranger, se dandinant presque sur la planche de vol ; les autres s’engouffrant directement dans la ruche, leur jabot sûrement plein d’eau ou de nectar de fleurs.
C’était signe d’une belle récolte à venir, le soleil se couchant irradiait le ciel, la vie était belle.
- « Ah si je pouvais rentrer dedans, voir comment vivent ces petites bêtes ! » se disait elle à chaque fois




......................................................................................................................
Cette année là, l’hiver était à ses derniers jours ; le soleil propageait sa douce chaleur jusqu’à l’intérieur de la forêt, les arbres pointaient leurs premiers bourgeons. Sous une lumière verte, très douce et très fluide, un incessant va et vient à l’entrée du creux de l’arbre qui semblait, depuis longtemps abandonné, indiquait le retour du printemps.
Ce jour là, le sous bois tapissé d’une bonne herbe bien grasse et bien verte contrastait avec les restes de feuilles jaunes, ocre, marron... toutes ces couleurs chaudes de la saison passée. Même les troncs des arbres auparavant dépouillés apparaissaient moins nus avec le feuillage naissant. Le spectacle était magnifique, on aurait dit sorti directement du paradis.




..................................................................................................................................
Zina dégustant un morceau de brioche, alla s’amuser en foret. Il y avait beaucoup d’oiseaux, d’arbres, de fleurs, de cailloux, d’écureuils, de pommes de pin, de coccinelles de sauterelles…
Pendant qu’elle gambadait gaiement dans les bois, une abeille voletait autour d’elle et de temps à autre venait se poser sur la brioche pour sucer le sucre qui la saupoudrait. Zina amusée laissa faire et sans voir où elle mettait les pieds, trébucha et tomba. En se relevant, elle ramassa un petit objet dans sa main. Elle l’ouvrit pour savoir de quoi il était question et c’était une belle bague. Elle l'examina puis l’essuya et oh ! Surprise, elle senti un diadème d’étoiles autour de sa tête.
Une petite voix , derrière elle, se fit entendre.
- Hum c’est bon ce sucre !
C’était l’abeille qui ne perdant pas son temps, continuait à laper de la langue le moindre grain de sucre qui ornait le morceau de brioche. Zina, tout d’abord étonnée d’entendre une abeille parler, se hasarda à lui répondre.
- Petite abeille, tu peux tout manger !
Celle-ci lui répondit du tac au tac :
- Merci Zina, je m’appelle Zizoui et je suis âgée de 46 jours
Interloquée par ce qu’elle venait d’entendre, elle tenta une nouvelle question :
- Comment se fait-il que tu me parles ?
- Je ne sais pas, lui répondit zizoui, bz.bz.bz.bz.bz. !
La voix de Zizoui s’était comme débranchée laissant place à un son d’abeille inintelligible.
à suivre........

Revenir en haut Aller en bas
Sarah
ADMIN
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4203
Age : 45
Localisation : France / Algérie
Date d'inscription : 28/01/2007

MessageSujet: Re: Nouveau conte de djam1957 (Zizoui et Zina)    Jeu 15 Déc 2011 - 10:35

Coucou djam1957,

J'ai déplacé ton post ici car il s'agit d'une de tes nouvelle oeuvre perso !!!

Je vais de ce pas m'empresser de te lire et je reviens te donner mon avis

A bientôt

_________________

"le désert n'est pas silencieux , il parle aux gens qui l'écoutent"
Revenir en haut Aller en bas
http://culture-maghrebine.clictopic.com
djam1957
*
*


Masculin
Nombre de messages : 8
Age : 60
Localisation : Alger- Algerie
Date d'inscription : 05/08/2011

MessageSujet: Zizoui et Zina (suite)   Jeu 5 Jan 2012 - 15:31


.............................................................................................................................
Stupéfaite, Zina venait de laisser tomber la bague et comme par enchantement le diadème se volatilisa. Vite fait, elle se rabaissa et reprit le l’anneau ; par bonheur le diadème étoilé réapparut sur sa petite tête. Zina comprit en effet, que c’était l’effet magique de la bague, une bague enchantée....
Zina transportée de bonheur se mit à sauter de joie, elle était aux anges.
-« C’est une bague magique ! C’est une bague magique !
- Magique ! Qu’est que ça veut dire Zina?
Reprenant ces esprits Zina s’arrêta de sautiller et pris un air grave :
- Magique c'est-à-dire qu’on peut lui demander ce qu’on veut, par exemple plein de brioches et plein de sucre ! »
Aussitôt, des dizaines de brioches de toutes les couleurs, rouges, roses, couleur miel, il y en avait partout et surtout pleines de sucres.
-« C’est magnifique, s’exclama Zina, tu vois Zizoui et toi qu’aimerais-tu lui demander ?
- Encore plus de sucre mais aussi, que toi Zina tu deviennes aussi petite que moi, comme ça je ne te regarderai plus d’en bas et puis on deviendra de vraies amies et on pourra butiner ensemble »
Zizoui n’avait pas fini de parler, que déjà Zina subissait la transformation.
En quelques secondes elle se surprit de la taille d’une nymphe pas plus grande que Zizoui, toute minuscule.
Au début, ébouriffée par ces péripéties elle a eu peur de zizoui qui présentait des allures de monstre, avec ses antennes noires et les poils autour de sa tête oblongue, sans parler de ses yeux, composés d’une multitude de facettes, on aurait dit un extra terrestre. Affolée, elle alla se cacher derrière un champignon.
Zizoui étonnée et surprise par l’invraisemblable scène, tenta de rassurer Zina en lui faisant gouter un peu du nectar récolté. « N’aie pas peur Zina, je vais te montrer notre monde ! »

...........................................................................................................................
Sitôt dit, Sitôt fait. Elle la fit grimper sur son dos et l’emmena vers la ruche.

Avant qu’elle n’ait repris ses esprits Zina se retrouve à l’entrée du creux de l’arbre qui lui sembla énorme. Pareil à l’entrée d’une cité humaine, celle-ci était gardée par des abeilles plus grosses. Ce sont les gardiennes de la colonie très poilues à la mine menaçante. Un sentiment bizarre, mêlé de fascination mais aussi d’inquiétude lui étreint le cœur.
Quand Zizoui se posa à l’entrée de la ruche, Zina se laissa glisser précipitamment du dos de Zizoui et tenta de se cacher derrière elle. En un instant les deux amies furent entourées par une dizaine de ces sentinelles menaçantes, les palpant et les reniflant, prêtes à attaquer.
- « Qu’as-tu encore ramené zizoui ! Quelle est cette odeur de sucre ?
- Oui c’est du sucre et même beaucoup de sucre que mon ami Zina nous a apporté ! » Zizoui se met à danser, frétillant du derrière, tantôt en faisant des cercles et tantôt en formant le chiffre 8 éloignant du coup les gardiennes. Elle venait de leur expliquer comment elle a rencontré Zina et l’endroit où se trouvait le sucre. Tout ça, dans la même langue que vous et moi.
Une vingtaine d’autres abeilles, tels des avions sur la piste d’envol, décollèrent toutes ensemble et s’élevèrent dans le ciel. Ce sont les butineuses.
Revenant vers Zina, Zizoui lui tendit l’aille pour l’accompagner à l’intérieur de la cité.
- « Oh ! c’est tout noir et puis quelle chaleur ! s’exclama Zina.
- demande à ta bague, peut être y verras-tu plus clair.
En effet, Zina tourna la bague à son doigt et par magie une paire de lunettes spéciales se colla à son visage, lui permettant de voir la cité illuminée comme en plein jour. Des tours très hautes avec beaucoup d’étages que grand père appelle rayons de cire et qui ressemblent à ces cités en ville où habitent des milliers de personnes. Passé les premières impressions, Zizoui l’invita, à faire le tour du propriétaire sur son dos.
Sur la surface de chaque rayon, des maçons (cireuses) ont fabriqué un nombre incalculable de petits creux (Alvéoles) ayant la forme d’un hexagone.
- « C’est si droit et si bien fait, dit Zina, on aurait dit les casiers de mon armoire !
Zizoui en véritable guide lui fit voit le magasin à miel et pollen de fleurs. Les alvéoles de mâles, il n’y en avait pas beaucoup, une centaine tout au plus. Arrivée au centre de la colonie, Zizoui marqua un arrêt. Elles se trouvaient toutes les deux au milieu d’une multitude d’abeilles parfaitement organisées, des centaines d’abeilles s’affairaient comme dans une pouponnière. Elles époussetaient, balayaient, récuraient. D’autres nourrissaient les bébés, comme le feraient nos mamans, au biberon. D’autres encore nettoyaient les cellules, les préparaient à recevoir un nouveau bébé que viendra déposer la reine maman des abeilles. vite, vite, il fallait vite nettoyer des restes de langes laissés par les petites abeilles fraichement nées.
Au même moment, un œuf était systématiquement entreposé au fond de l’alvéole. Il fallait aller à droite puis à gauche, en haut et en bas, il ne fallait oublier aucune case ‘’La vie de la colonie en dépend’’ lui a dit Zizoui.
C’était un endroit extraordinaire ! Ça rentrait et sortait de tous les côtés. Les abeilles se parlaient, s’apostrophaient dans la bonne humeur.
Zina les regardait s’activer sans effort apparent, dans une atmosphère qui leur semblait agréable. Il y avait dans l’air un je ne sais quoi de joyeux. Les ouvrières travaillaient, la reine pondait, et le miel se fabriquait.
‘’Quelle efficacité ! Quelle belle harmonie règne dans cette colonie ! pensa-t-elle.


..............................................................................................................................................
Tout à coup, un bourdonnement du tonnerre éclata dans la cité. En un clin d’œil l’information fit le tour de la colonie : Une guêpe furieuse veut pénétrer de force dans la cité.
Ce fut le branle bas de combat. Toutes les grandes sœurs abeilles en formation de défense. La reine maman s’entoura de sa garde prétorienne et commença à diriger les opérations. Les 5 et 6 semaines à l’entrée de la cité pour bloquer l’entrée, les 04 semaines pour faire la deuxième et troisième ligne de défense.
- « Oh ! Que va il se passer? demanda d’une voix tremblotante, Zina à son amie.
- N’aies pas peur Zina, répondit d’une voix apaisante zizoui, c’est tous les jours comme ça, on a tôt fait de repousser l’ennemi.
En effet, quelques instant après, la tension, à l’intérieur de la cité, retomba. Les 4, 5 et 6 semaines reprirent leur place sur les tours. Nettoyeuses, nourricières, cireuses et même ventileuses. Seules les sentinelles sont restées en place à l’entrée de la ruche. La méchante guêpe a été repoussée et jetée hors des limites de la ruche.
-« Que d’émotions vécues ! « dit Zina,

...............................................................................................................................................
Elle consulta sa montre qui indiquait 15h30. Il était temps de rentrer à la maison.
- C’est pourtant notre vie de tous les jours Zina, lui répondit Zizoui avec beaucoup d’exaltation.
- Zizoui ma chère amie, il me faut rentrer à la maison, je te promets de revenir une prochaine fois, avec encore plus de sucre.
- Il y a tellement de choses à voir..., mais ça ne fait rien, puisque tu reviendras. »
Ensemble elles se présentèrent au pied de l’arbre. Zina fit tourner sa bague et retrouva sa taille, laissant les gardiennes tout à leur étonnement, elle salua zizoui de la main et repris le chemin du retour, toute heureuse d’avoir vécu une telle aventure.
Le soir venu, Fatiguée de cette journée pleine d’émotions, Zina se mit au lit ; elle s’allongea sur son petit matelas de laine tout moelleux, tapota son oreiller et s’endormit paisiblement, heureuse comme jamais.
fin de la 1ère partie....... à suivre


Quelques chiffres sur l’abeille :
- 1 kg de miel, c’est 5,8 millions de fleurs visitées et 40 000 km parcourus.
- 20 à 60 km/h, c’est la vitesse de vol d’une abeille.
- 86 000 cellules dans une ruche : 10 000 pour les œufs, 16 000 pour les larves, 40 000 pour les nymphes et 20 000 pour le miel.
- 1 300, c’est le nombre de visites journalières d’une nourricière à une larve.
- 75 mg, c’est le poids d’une pelote de pollen transportée par une abeille, soit 80% de son poids.
Revenir en haut Aller en bas
Sarah
ADMIN
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4203
Age : 45
Localisation : France / Algérie
Date d'inscription : 28/01/2007

MessageSujet: Re: Nouveau conte de djam1957 (Zizoui et Zina)    Jeu 5 Jan 2012 - 16:26

La suite, la suite, la suite !!!!!

_________________

"le désert n'est pas silencieux , il parle aux gens qui l'écoutent"
Revenir en haut Aller en bas
http://culture-maghrebine.clictopic.com
marzou
ADMIN
avatar

Féminin
Nombre de messages : 6960
Age : 52
Localisation : Nice
Date d'inscription : 28/01/2007

MessageSujet: Re: Nouveau conte de djam1957 (Zizoui et Zina)    Ven 6 Jan 2012 - 8:24

Très beau conte et qui est également une merveilleuse approche du monde des abeilles !

J'attends également avec impatience la suite.......

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nouveau conte de djam1957 (Zizoui et Zina)    

Revenir en haut Aller en bas
 

Nouveau conte de djam1957 (Zizoui et Zina)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Poèmes de Ginette
» LES CONTES DE LA FERME - CARAMEL PREND LE TRAIN & LE NOUVEAU PONEY de Heather Amery et Stephen Cartwright
» Nouveau Theme song pour R-Truth
» Nouveau site : le chineur.com
» Nouveau objectif Sigma 200-500 f/2.8 EX DG

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA CULTURE DU MAGHREB :: ART & LOISIRS :: VOS OEUVRES PERSONNELLES-