LA CULTURE DU MAGHREB
<b>Bonjour cher visiteur !

Regarder c'est bien, partager c'est encore mieux !!
Alors n'hésitez pas à venir vous inscrire et dialoguer avec nous.</b>

LA CULTURE DU MAGHREB

Partageons notre amour pour la culture maghrebine
 
PortailAccueilS'enregistrerConnexion
Vous venez de vous inscrire, vous devez vous présenter dans la section  PRESENTATION.  Un administrateur vous ouvrira les portes au plus vite dès lors.

Partagez | 
 

 Le mausolée de Sidi Bou Makhlouf - El Kef

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
marzou
ADMIN
avatar

Féminin
Nombre de messages : 6960
Age : 52
Localisation : Nice
Date d'inscription : 28/01/2007

MessageSujet: Le mausolée de Sidi Bou Makhlouf - El Kef   Dim 14 Oct 2012 - 14:58




Le mausolée de Sidi Abd Allah Bou Makhlouf

Situé tout à la fois au pied d’el-Qasba et sur le palier des sanctuaires, le mausolée de Sidi Abd Allah Bou Makhlouf domine la médina et lui imprègne une allure assez originale, qui a fini par symboliser et distingue le paysage urbain et architectural du Kef. Par les différents ajouts et réajustements, cette élégante zaouia a fini par s’équilibrer sur un ensemble architectural original. Sa belle et harmonieuse composition volumétrique est enrichie de trois coupoles de forme et de grandeur différentes, dont deux sont côtelées, et d’un très beau minaret octogonal revêtu de petits carreaux de céramique émaillée.
En vérité, on connaît très peu de choses quant à l’histoire de la construction de cette zawiya, on doit noter toutefois que malgré cette imprécision, on peut distinguer néanmoins les étapes suivantes :

- D’après la légende, il y a eu, tout d’abord, une simple "khaloua " (sanctuaire à ciel ouvert) consacrée à Sidi Abd Allah Bou Makhlouf (XVIIe s.).
- Construction sur la tombe du saint d’une première qubba simple (XVIIIe s.).
- Une deuxième salle à coupole est ajoutée à cette dernière (1827).
- Ce premier noyau situé du côté Nord s’est vu adjoindre, vers 1835, la grande salle, la cour et le minaret. L’entrée principale semble se situer du côté Sud.
- On a dû, au début du XXe s., ajouter une deuxième cour du côté Sud et réaménager la porte.
- L’ensemble du monument fut entièrement restauré en 1966.

Le mausolée domine la petite place aménagée en larges paliers pavés, encadrée d’un fondouk et d’un café et agrémentée d’un mûrier séculaire et familier. On y accède par deux portes, celle du sud (souvent fermée) et celle de l’ouest la plus en usage.
L’entrée ouest, en plein cintre outre-passée, aménagée dans un encadrement sobre en pierre de Rjich est abritée sous un auvent en bois ouvragé. La porte d’entrée comporte deux vantaux en bois ouvragé et un portillon. On accède à l’intérieur par un petit vestibule qui donne à la fois sur la porte du minaret, à droite, la porte réservée aux femmes à gauche et la cour et le petit préau en face. Au-dessus de la porte du vestibule qui donne accès à la cour, on peut remarquer sur le linteau une inscription arabe : c’est un verset du Coran extrait de Sourat el-Fath, célébrant visiblement un important événement historique que la ville a dû connaître. Des traces, encore visibles de supports métalliques révèlent l’existence d’une inscription incrustée en plomb. Ce linteau était ramené d’une maison particulière située non loin de Sidi Bou Makhlouf.


L’entrée du mausolée est située à gauche, elle est décorée par un arc aveugle reposant sur deux colonnes antiques où s’ouvre la porte de la grande salle, celle-ci est encadrée par des panneaux de céramique émaillée. La porte en bois de mûrier joliment ouvragée est ornée de deux remarquables heurtoirs en bronze calligraphiés portant chacun des inscriptions arabes reproduisant la formule de la "shahada " (le premier des cinq principes de la foi islamique).

La grande salle, dont le plan est une composition subtile entre le plan basilical grec et latin, est surmontée d’une grande coupole centrale à trombes, reposant de part et d’autre sur une double arcade de plein cintre appuyée sur des colonnes antiques de récupération, ouvrant sur deux nerfs latérales basses en voûtes d’arrêts. Celle de droite aboutit à un petit mihrab, tandis que celle de gauche met en communication directe l’entrée des femmes avec la turba. Dans le prolongement de la porte d’entrée et dans l’axe N.S de la grande coupole est aménagé un grand arc dédoublé et fermé à mi-hauteur par un claustra en bois.



Cette salle est remarquable par la richesse et la variété de sa décoration. Tous ses murs intérieurs sont recouverts de panneaux de petits carreaux de céramique émaillée de facture tunisienne, encadrés de lister noir en faïence, on y trouve tous les motifs et les variétés de couleurs connus. Le reste des murs, particulièrement l’intérieur de la grande coupole, est revêtu d’un exceptionnel travail de stuc finement ciselé où sont représentés la plupart des techniques et des thèmes en usage : calligraphies, motifs géométriques et floraux… Les trombes de la coupole sont décorées de coquilles et de calligraphies des quatre noms des Califes, quant aux quatre parois de la base de la grande coupole, ils sont décorés de registres portant les 99 noms d’Allah. Les fenêtres de la base et du tambour de la coupole sont aménagées en petits claustra ajouré en vitrail pour filtrer et colorer la lumière du jour. Cette salle est en réalité un petit chef d’œuvre de l’école tunisienne, d’inspiration mauresque, de la première moitié du XIXe s., lors de sa dernière renaissance. Tous ces aménagements et cette décoration sont conçus, au-delà des côtés fonctionnels, pour mettre en exergue l’aspect cérémonial des séances particulières et envoûtantes de la triqa issawiya, car les lieux devaient servir, dés le début, comme siège des différentes activités de la confrérie mystique des Issawiya.


Derrière cette salle, séparée par des claustra en bois, les deux premières salles originelles, plus dépouillées, sont réservées à la turba de Sidi Abd Allah Bou Makhlouf, de ses deux frères et des différents cheikhs de la famille maraboutique el-Gzouni qui se sont succédé à la tête de la confrérie. Leurs tombes sont recouvertes de catafalques en bois ouvragé avec des panneaux très bien ouvragés. C’était aussi la partie réservée aux femmes pendant les soirées de la Issawiya.
Le sanctuaire, toujours vénéré, est resté l’objet de nombreuses visites pieuses (ziara), accompagnées souvent de sacrifices et de différentes offrandes de fidèles. Ces derniers sont aussi bien des habitants de la ville qu’originaires de tous les coins du pays plus particulièrement du nord-ouest tunisien. La zawiya continue à servir également de lieu de témoignage et de fêtes diverses notamment les mariages, les circoncisions, le haj, les zerdas. Les lieux servaient jusqu’à une date récente, en plus des cérémonies liturgiques de la Issawiya, de véritable conservatoire de la très vieille tradition musicale : chants liturgiques, chants soufis, malouf, chants maraboutiques, chansons keffoises, etc. Certains grands sheikhs de la musique y avaient laissé leurs emprunts comme Sahbi Mosrati, Dardoumi Père et son fils Habib, Beshir ed-Dhib, Brahim Geddish, Habib Amar...


http://www.commune-elkef.gov.tn/fr/presentation_ville/boumakhlouf.htm

_________________
Revenir en haut Aller en bas
missboussa
*****
*****
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1384
Age : 30
Localisation : cannes
Date d'inscription : 03/06/2007

MessageSujet: Re: Le mausolée de Sidi Bou Makhlouf - El Kef   Mer 7 Nov 2012 - 9:40

Je suis passée a coté et l'ai photographié sans même savoir que c'était un mausolée !é
Revenir en haut Aller en bas
 

Le mausolée de Sidi Bou Makhlouf - El Kef

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» sidi-brahim 2010 Arc de Triomphe
» Les combats de Sidi-Brahim
» Centenaire de Sidi-Brahim
» SIDI BRAHIM de Saarburg au 16
» SIDI BRAHIM NATIONALE SEPTEMBRE 2009

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA CULTURE DU MAGHREB :: VOYAGES ET DECOUVERTES :: TUNISIE :: Voyage et Découverte de la Tunisie (ses régions et traditions)-