LA CULTURE DU MAGHREB
<b>Bonjour cher visiteur !

Regarder c'est bien, partager c'est encore mieux !!
Alors n'hésitez pas à venir vous inscrire et dialoguer avec nous.</b>

LA CULTURE DU MAGHREB

Partageons notre amour pour la culture maghrebine
 
PortailAccueilS'enregistrerConnexion
Vous venez de vous inscrire, vous devez vous présenter dans la section  PRESENTATION.  Un administrateur vous ouvrira les portes au plus vite dès lors.

Partagez | 
 

 Cheikha Tetma

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sarah
ADMIN
avatar

Féminin
Nombre de messages : 4203
Age : 45
Localisation : France / Algérie
Date d'inscription : 28/01/2007

MessageSujet: Cheikha Tetma   Mar 23 Oct 2012 - 7:55

Cheikha Tetma


Heberger image

Cheikha Tetma (née Fatma Thabet Deraz en 1891 à Tlemcen - 1962) fut une brillante interprète algérienne du genre hawfi et Hawzi, genres musicaux qui s'inspirent de la poésie populaire algérienne et de la musique arabo-andalouse. Surnommée d'abord Zalta Fatma ou encore Cheikha Tetma, elle n'a jamais eu besoin de microphone pour faire entendre et se faire applaudir pour sa belle voix flexible et prenante. Elle demeure une figure de proue du hawzi et à raison, elle a été produite par de grandes maisons d’édition musicale de l’époque : Pathé (1917-1918), Polyphon (1928-1932) et Odéon (de 1934 à la fin de sa carrière).
Biographie et parcours musical
Quand Tetma naquit en 1891, ses parents étaient séparés, elle grandi alors au sein de la famille de sa mère : Aouicha Bensari, une famille particulièrement mélomane.
Premier enseignement à la mosquée Djamaâ Sid El Djabbar où elle apprend des valeurs religieuses et littéraire, ce qui fera d’elle, une femme instruite, sachant lire, ce qui n’était pas le cas de la majorité des femmes de son époque.
Elle doit son enseignement musical principalement aux frères Mohamed et Ghouti Dib, qu’elle côtoya grâce à Cheikh Moulay Driss Medeghri, chez qui se réunissaient certains maîtres de l’époque.
Elle commence sa carrière musicale très jeune en interprétant le hawfi qui est une sorte de romance, de berceuse que les femmes de sa ville natale dans la vie courante et les soirées familiales...
Dés 1929, à Alger, elle enregistra un grand nombre de disques microsillons qui établiront sa renommée sur tout le territoire algérien etau delà puisqu'elle sera invitée à participer à de nombreuses festivités au Maroc.

Heberger image

Cheikha Tetma avait intégré l'orchestre composé de Omar El-Bekhchi, de Abdelkrim Dali qu'il accompagne au violon et au oud en 1938 et du pianiste de Dillali Zerrouki[1], père de Bachir Zerrouki.
Du hawfi, elle passera au Hawzi, interprétant les œuvres des célèbres maîtres Ben Msayyeb, El-Yacoubi, Mohamed et Boumediène Bensahla, Bentriki et Ahmed Zengli.
Plus tard, Cheikha Tetma pratique la musique arabo-andalouse.
Elle participa à une tentative d'harmonisation andalouse initiée par un orchestre symphonique européen du Conservatoire municipal d'Oran.
« Chayeun Eûcht Laboud Tendem » (de Cheikh Sidi Lakhdar Ben Khelouf) fût son dernier enregistrement à la maison de disques Odéon.

Durant la lutte pour l'indépendance, elle cessa toute activité artistique. Elle mourut le 22 avril 1962, entourée de la considération d'un public innombrable qui lui fit un enterrement grandiose.

Heberger image

_________________

"le désert n'est pas silencieux , il parle aux gens qui l'écoutent"
Revenir en haut Aller en bas
http://culture-maghrebine.clictopic.com
 

Cheikha Tetma

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA CULTURE DU MAGHREB :: ART & LOISIRS :: L' ART SOUS TOUTES SES FORMES :: La discothèque :: 100% Bledi-