LA CULTURE DU MAGHREB
<b>Bonjour cher visiteur !

Regarder c'est bien, partager c'est encore mieux !!
Alors n'hésitez pas à venir vous inscrire et dialoguer avec nous.</b>

LA CULTURE DU MAGHREB

Partageons notre amour pour la culture maghrebine
 
PortailAccueilS'enregistrerConnexion
Vous venez de vous inscrire, vous devez vous présenter dans la section  PRESENTATION.  Un administrateur vous ouvrira les portes au plus vite dès lors.

Partagez | 
 

 LA GHRIBA A DJERBA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
marzou
ADMIN
avatar

Féminin
Nombre de messages : 6960
Age : 52
Localisation : Nice
Date d'inscription : 28/01/2007

MessageSujet: LA GHRIBA A DJERBA   Sam 1 Déc 2007 - 18:45

La synagogue de Djerba est la plus ancienne du monde

Pour voir la synagogue de Djerba vous devrez vous rendre au centre de l’île, sur la route d’El Kantara, dans le village de EL RIADH, à 9 kilomètres environ de Houm Souk.

Solitaire au milieu des champs d’oliviers et de palmiers, protégée par des haies de figuiers de barbarie aux épines déroutantes et aux fruits sucrés, la synagogue de la Ghriba demeure sereine en pays musulman. Ce haut lieu du judaïsme, datant de la première diaspora (cinq siècles avant l’ère chrétienne), situé au cœur de l’île de Djerba, au sud de la Tunisie, continue de rythmer l’existence d’une communauté bien vivante d’un millier de “juifs arabes”. Un lieu qui attire chaque année plusieurs milliers de pèlerins séfarades en terre d’islam.

La Ghriba est l’âme et le ciment de la plus ancienne communauté juive du Maghreb, la seule qui, résistant aussi bien à l’assimilation qu’à l’émigration vers Israël ou vers la France, réussit à vivre, aujourd’hui encore, suivant des coutumes et des rites anciens de plusieurs millénaires.

Dans le temple au murs carrelés de céramiques à dominante bleue et blanche, des rabbins vêtus du costume djerbien traditionnel - le pantalon bouffant ou sarouel gris, bordé d’un bandeau noir, signe de deuil en marque d’exil, la chechia posée à l’arrière du crâne pour signaler leur différence - psalmodient toute la journée en hébreu et en araméen pour maintenir les vibrations spirituelles du lieu de culte. La deuxième pièce, celle où se trouve la Sefer Thora (les tables de la loi) et où l’on célèbre le shabbat, est si sacrée que l’on doit se déchausser pour y entrer. Même les quelques touristes de passage, semblent y éprouver une forme subtile d’exaltation mystique.

La veille de la procession, les pèlerins affluent. Ils viennent de Tunis, de Paris et du monde entier. Dès le matin, ils allument des bougies pour tous les êtres chers qui n’ont pas pu les accompagner. Les rabbins récitent des prières et bénissent des fruits secs, symboles d’abondance et de fertilité, et de la Boukha, eau de vie de figue, qui sont ensuite distribués à la ronde. Cette coutume qui accompagne la visite des lieux saints en Afrique du Nord est d’ailleurs partagée par les musulmans.

Parmi tous les lieux de culte d’Afrique du Nord, la Ghriba est considéré comme le plus sacré. “C’est l’antichambre de Jérusalem”, entend-on souvent dire à Djerba. Selon la tradition orale des rabbins de Tunisie, l’histoire de ce lieu saint remonterait à la destruction du premier temple de Jérusalem par le roi Nabuchodonosor, en 565 avant l’ère chrétienne.
Les serviteurs du temple, les Cohanims (pluriel de Cohen), ayant échappé au massacre, réussirent à emporter l’une des portes du temple.

Ils s’enfuirent en bateau, en suivant la route des Phéniciens bâtisseurs de Carthage, et celle d’Ulysse qui, retenu à Djerba par des fleurs enivrantes, lui avait donné le nom d’Ile des Lotophages.

Les Cohanims choisirent donc cette île aux mille fééries qui, croulant sous les arbres fruitiers, néfliers, pêchers, figuiers, évoquait pour eux le jardin d’Eden. Ils y battirent la première synagogue d’Afrique sous laquelle ils célèbrent la précieuse relique du temple. La synagogue actuelle, érigée au siècle dernier, le fut sur le même emplacement. Rejoints au fil des siècles par les descendants des autres tribus d’Israël, les juifs de Djerba convertirent au judaisme les tribus berbères locales - dont la plupart seront ultérieurement islamisées par les Arabes.

Le mot Ghriba signifie l’étrangère, l’étonnante, la solitaire.
Une autre légende dit que la synagogue devrait son nom à une très belle femme venue de nulle part, qui aurait installé sa hutte à peu de distance du village juif de Hara Sghira. Cette femme aurait été entourée d’une aura de sainteté et elle aurait eu des dons miraculeux de guérison. Elle ne fut cependant jamais totalement acceptée par la communauté. Un jour, les villageois crurent voir un feu du côté de sa hutte, mais ils n’intervinrent pas, de peur qu’elle ne se livre à des activités de sorcellerie. Le lendemain, ils trouvèrent l’étrangère morte dans sa hutte détruite par les flammes, mais son corps était intact. Les villageois, regrettant leur attitude auraient alors bâti la synagogue sur l’emplacement de la hutte et le pouvoir miraculeux de l’étonnante étrangère, agirait toujours. Mais officiellement, le pèlerinage célèbre l’anniversaire de la mort de deux éminents rabbins kabbalistes : Rabbi Meyer Baal Nich, homme de miracles, et Rabbi Shiméon Bar Yohai, à qui les juifs d’Afrique du Nord attribuent l’un des commentaires du Zohar - le livre des Splendeurs -, l’un des grands ouvrages de la mystique juive.

La Ghriba est située près du “petit quartier juif”, Hara Sghira, où vivent près de cinquante familles, les descendants des Cohanims qui presque tous travaillent à la Ghriba. Les descendants des autres tribus d’Israël - ils sont encore plus de huit cents - vivent à Hara Kebira, le “grand quartier juif”, situé dans la banlieue d’Houmt Souk. Il y a quelques années, ces derniers exerçaient encore de nombreuses professions, à Djerba : il y avait des moulins à grain mus par des chameaux, un tisserand pour les taleths, une imprimerie très active. Aujourd’hui, à part un teinturier, quelques tailleurs et quelques menuisiers, les juifs de Hara Kebira sont tous orfèvres.
Les deux communautés vivent séparées. Les juifs de Hara Kebira, qui sont plus riches et se considèrent comme plus au fait de la religion que leurs cousins de Hara Sghira, ne viennent à la Ghriba que pour le pèlerinage et les mariages. Le reste de l’année, ils consacrent beaucoup de temps à l’étude des textes sacrés dans les nombreuses petites synagogues de leur quartier qui compte encore trois yeshivot (écoles religieuses).

Source : Nouvelles clés

_________________
Revenir en haut Aller en bas
NINA
*****
*****
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1595
Age : 52
Localisation : France, Paris
Date d'inscription : 07/02/2007

MessageSujet: Re: LA GHRIBA A DJERBA   Dim 2 Déc 2007 - 17:47

ma mère l'interieur de la cour de la synagogue


et moi

Revenir en haut Aller en bas
marzou
ADMIN
avatar

Féminin
Nombre de messages : 6960
Age : 52
Localisation : Nice
Date d'inscription : 28/01/2007

MessageSujet: Re: LA GHRIBA A DJERBA   Lun 2 Aoû 2010 - 17:13




Visite de la Ghriba de Jerba à travers une vidéo





_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LA GHRIBA A DJERBA   

Revenir en haut Aller en bas
 

LA GHRIBA A DJERBA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Sur le bord de plage à Djerba ...
» Chasseur d'images à Djerba
» Petit canot à Djerba
» Djerba que l'on dit douce...
» Sortie de piste d’un avion de Tunisair assurant le parcours Paris-Monastir-Djerba

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA CULTURE DU MAGHREB :: VOYAGES ET DECOUVERTES :: TUNISIE :: Voyage et Découverte de la Tunisie (ses régions et traditions)-